Aruba

Lieu de destination

  • 12.52111, -69.968338:primary
  • 12.501389, -70.015278:secondary
Sommaire des évaluations de l'hôtel
4.5

Cote de nos invités basée sur 6 avis

Aperçu

« Bonbini! », voulant dire « bienvenue » en papiamento, est un mot d'accueil que vous entendrez souvent à votre arrivée dans le sympathique pays d'Aruba.

Aruba a tant de choses à découvrir que vous pourriez passer plusieurs semaines sans vous ennuyer. Aimez-vous la plage? Si oui, vous aurez l'embarras du choix sur l'île dont la devise du peuple est « one happy island » (une île heureuse). Sur la côte ouest, les eaux turquoise, les plages de sable blanc et l'ambiance festive règnent, et les vacanciers s'adonnent à la nage, au schnorkel, au surf cerf-volant, au ski nautique et plus encore. Si vous recherchez un endroit plus isolé, l'autre côte comprend plus de secteurs peu développés où vous trouverez des anses et un terrain accidenté par la mer.

Les gens plus actifs peuvent faire de l'équitation, des randonnées, du vélo ou se pointer vers la mer pour s'adonner au kayak, à la plongée ou à la voile. Si vous préférez avoir un guide, réservez un safari en jeep ou une excursion de pêche. Et il va sans dire que toute île paradisiaque n'est pas complète sans un superbe terrain de golf.

Lorsque vous aurez surfé votre dernière vague, sortez votre portefeuille et allez magasiner. Mais ne vous inquiétez pas trop pour votre carte de crédit – à Aruba vous trouverez plusieurs de vos marques préférées à une fraction du prix. Faites la tournée des nombreuses boutiques, des petits magasins et des centres commerciaux haut de gamme pour trouver l'accessoire idéal ou un cadeau-souvenir.

Et il ne manque pas de culture à Aruba. Visitez les musées, galeries d'art et théâtres pour découvrir les nombreux talents des gens de l'île ou participez à une soirée à thème musical ou de carnaval. Les costumes traditionnels hauts en couleur des danseurs et musiciens folkloriques rempliront rapidement votre carte mémoire mentale.

Aruba est parfaitement adaptée aux besoins des familles. Rendez-vous à un des marchés en plein air qui met en vedette l'artisanat local ou apportez les enfants à une ferme locale pour qu'ils rencontrent des papillons, des autruches et des ânes.

Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi Aruba enregistre le taux de retour touristique le plus élevé des Caraïbes. Avec un climat idéal, des gens sympathiques et un vaste choix d'activités et de plages, vous n'attendrez pas longtemps pour planifier votre prochain voyage.

Apprenez-en davantage sur cette superbe destination en visitant le site de tourisme officiel d'Aruba (en anglais).

Aruba est une destination fantastique pour :

  • plage
  • plongée en apnée et plongée sous-marine
  • vacances romantiques

Info-destination

Le climat d'Aruba est presque parfait. Le soleil qui y brille, le ciel clair et les vents rafraîchissants gardent les visiteurs heureux à longueur d'année.

La température moyenne est de 28 degrés C. Les mois de mai à octobre sont les plus chauds alors que ceux de décembre à mars sont légèrement plus frais. Aruba enregistre peu de précipitations, à peine 400 mm par année. Elles sont en bonne partie enregistrées entre octobre et janvier. La saison des ouragans s'étend de juin à novembre mais en raison de son emplacement, l'île d'Aruba est cependant peu susceptible d'être touchée directement.

weather chart

L’activité humaine sur l’île d’Aruba remonte à au moins 4 000 ans. Le peuple caiquetio, originaire du Venezuela, a colonisé l’île vers l’an 1000. Après l’arrivée des Européens vers la fin du 15e siècle, l’île a été régie par l’Espagne avant de tomber sous la domination néerlandaise en 1636 et d’être incorporée aux Antilles néerlandaises. Aruba a obtenu son indépendance en 1986 et constitue une entité distincte du Royaume des Pays-Bas.

Aujourd’hui, les origines de près des 107 000 habitants d’Aruba sont à l’image du monde : 96 nationalités issues des Amériques, de l’Europe et de l’Asie, en plus des Arubais autochtones qui sont de descendance néerlandaise, africaine, espagnole et caiquetio.

L’histoire d’Arubase reflète dans les langues en usage. La langue officielle est le papiamento, qui n’a été reconnu comme tel qu’en 2003, et ce, même si la langue était utilisée depuis 300 ans. Le hollandais, l’anglais et l’espagnol sont également couramment parlés sur l’île.

L’histoire du papiamento (dont le mot signifie littéralement « parler ») permet de mieux comprendre l’île et ses habitants. Utilisé seulement aux îles ABC des Petites Antilles (Aruba, Bonaire et Curaçao), le papiamento tire son origine d’un créole afro-portugais, un jargon créé lors de la traite d’esclaves afin que les gens, de différentes nationalités, parviennent à se comprendre. La plupart des mots sont des variantes de mots portugais et espagnols, et certains ont été empruntés au hollandais, à l’anglais ainsi qu’à d’autres langues.

L’influence de ces cultures se transpose dans les traditions et les arts d’Aruba. Les fêtes de la communauté, comme la fête de la Saint-Jean, le carnaval et les activités du jour de l’An, mettent en scène la musique, les danses et les plats traditionnels de l’île et constituent des occasions de réjouissance en perpétuelle évolution.

La musique connaît par ailleurs l’influence des courants latino-américains et caraïbéens. Pendant le temps de Noël, les chansons de style vénézuélien Gaita Zuliana et Aguinaldo résonnent dans les rues. Lors du carnaval, l’île vibre aux sons du calypso, du tambour métallique, des orchestres de cuivre et du tumba.

L’ancienne architecture de l’île en dit également beaucoup sur les Arubais. Le style de chaque maison révèle le statut social de ses habitants, des fermes utilitaires dites « cunucu », soit de la campagne, aux manoirs de style européen des classes supérieures. L’hôtel de ville ainsi que le National Archaeological Museum à Oranjestad, le centre-ville d’Aruba, en sont de parfaits exemples.

La cuisine arubaise dénote elle aussi des influences internationales, sans grande surprise. Les fruits de mer en sont les aliments de base, et les gens de la place parlent à la blague de la prise du jour comme du « plat national ». Le barracuda, le mérou et le vivaneau sont pêchés toute l’année, tandis que la carangue, le thazard bâtard, le mahi-mahi, le thon et le thazard font partie du menu en saison.

Les plats traditionnels comprennent le keri-keri (un sauté de poisson effiloché avec des légumes coupés, assaisonné d’épices et de fines herbes), le balchi di pisca (des boulettes de poisson) ainsi que le mets préféré des Arubais, du poisson relevé d’une délicieuse sauce créole. Du riz, du pan bati (des crêpes faites à partir de pain de maïs) ou du funchi (de la polenta) accompagne les plats, et la bière locale froide à souhait, la Balashi, ou encore la nouvelle bière Balashi Chill, complète le repas.

Enfin, pour s’imprégner de la culture d’Aruba, il suffit de prendre part au festival Bon Bini et au Carubbian festival, qui reviennent chaque semaine.

Dame nature a été des plus généreuses envers les zones littorales sud et ouest d’Aruba, où elle a doté la minuscule île de certaines des plus belles plages de sable blanc de la planète. Elle a également laissé sa marque autour d’Aruba, dans les profondeurs de la mer des Caraïbes, caractérisée par une eau chaude, translucide et turquoise et parsemée de récifs de corail colorés où il fait bon s’amuser.

À l’intérieur des terres, toutefois, le paysage qu’offre l’île de 30 kilomètres de long par 9 kilomètres de large est rocheux et désertique. Aruba reçoit environ 450 millimètres de pluie seulement par an, et des vents alizés soufflent régulièrement de l’est.

Malgré le climat semi-aride, la flore est diversifiée et comprend notamment le prosopis, le raisinier, l’aloès, diverses espèces de cactus ainsi que le watapana (dividivi), le célèbre arbre de l’île qui, constamment balayé par le vent, pousse dans un angle sud-ouest.

En raison de sa topographie, parsemée de collines, et de sa formation géologique, les activités et points de vue proposés diffèrent de ceux de la plupart des autres destinations dans les Caraïbes : formations rocheuses gigantesques, ponts naturels façonnés par les vagues, grottes de chauve-souris anciennes aux parois dessinées, dunes de sable et ruines de mines d’or.

Il est possible de suivre les origines géologiques et volcaniques de l’île à l’œil nu, l’un des rares endroits dans le monde offrant cette possibilité. L’Arikok National Park donne d’ailleurs la meilleure occasion de constater les trois formations géologiques de l’île. Les randonneurs en direction de Cunucu Arikok auront la chance de voir ces blocs rocheux gris massifs, nommés tonalites, qui ont été formés il y a 80 millions d’années, lorsque le magma s’est échappé de la croûte terrestre avant de se solidifier. Quant aux deux autres formations géologiques, les couches calcaires de coraux fossilisés et la lave d’Aruba (formation la plus ancienne), elles sont visibles par les collines bordant l’entrée du parc jusqu’à la mer ainsi que le long de la côte exposée au vent.

Pour se rendre au Queen Beatrix International Airport ou en revenir :

Les hôtels ne fournissent aucun service de navette. L’entreprise De Palm offre le transport en autocar de luxe à partir de l’aéroport et fait des arrêts à tous les grands hôtels. La durée totale du trajet est de 20 à 40 minutes. Le coût est de 20,40 $ US l’aller-retour, lors d’une réservation en ligne. L’entreprise offre également des moyens de transport privés.

Les prix des taxis sont établis par le gouvernement et doivent être affichés dans le véhicule. Attendez-vous à des prix de 16 $ US à 30 $ US selon la destination (le trajet en direction de Palm Beach coûte 25 $). Le pourboire n’est pas obligatoire, mais il est bien vu d’en laisser un de l’ordre de 10 à 15 %. Tous les chauffeurs de taxis sont munis d’un permis à Aruba.

La plupart des grandes agences de location d’autos se trouvent sur l’île, directement de l’autre côté de la route des arrivées. L’âge minimal (de 21 à 25 ans) et l’âge maximal (de 65 à 70 ans) varient selon l’agence.

Un autobus de la société de transport en commun Arubus fait un arrêt sur l’autoroute, de l’autre côté de la route de l’aéroport. Il se rend au terminus central à Oranjestad, où il faut prendre un autre autobus en direction de la zone des hôtels (no 10 ou no 10A à direction de Palm Beach). Demandez au chauffeur de vous indiquer l’arrêt devant l’hôtel.

Située juste au large de la côte du Venezuela, l’île d’Aruba, dans les Petites Antilles, est unique en raison de son héritage néerlandais et de son atmosphère latine. En plus d’offrir l’un des meilleurs endroits pour la plongée sur épave, l’île est reconnue pour ses plages de sable blanc au paysage de carte postale, et les vents alizés qui y soufflent presque constamment en font une destination de choix mondiale pour la planche à voile et le surf cerf-volant.

« Bon bini! » Cette expression signifie « bienvenue » dans la langue autochtone d’Aruba, le papiamento. L’anglais, le néerlandais et l’espagnol y sont toutefois largement parlés. Peu importe votre langue maternelle, les Arubais se feront une joie de vous accueillir avec chaleur et hospitalité dans leur île natale au cadre sécuritaire, qui se distingue par un mélange évident de cultures sud-américaine, caribéenne et européenne, et plus particulièrement néerlandaise. Les maisons et les toits pastel apportent de la gaieté au paysage exotique et bon nombre des ronds-points présents rappellent ceux de la Grande-Bretagne.

Aruba constitue l’une des îles les plus cosmopolites des Caraïbes. Vous y trouverez des casinos hauts en couleur, des ateliers et des boutiques exclusifs vendant des articles de marque internationale, une cuisine internationale époustouflante ainsi que des plages de classe mondiale, toutes publiques. En outre, l’Arikok National Park aux merveilles géologiques et naturelles recouvre près du un cinquième de la surface de l’île.

Aruba propose par ailleurs aux visiteurs deux options d’hébergement complètement différentes, qui se concentrent principalement sur la côte ouest de l’île. Il y a tout d’abord la zone des petits hôtels tranquilles donnant sur des plages immaculées et désertes. Il y a ensuite de grands hôtels luxueux offrant tous les services et commodités, entassés les uns sur les autres le long de la célèbre côte Palm Beach. Que vous recherchiez un endroit branché et animé dans la zone des hôtels ou un lieu de détente paisible dans un environnement plus naturel, Aruba saura vous satisfaire.

Parmi les prix des voyageurs en 2012, les lecteurs de TripAdvisor ont accordé conjointement aux deux plages Palm et Eagle la deuxième place dans la liste des 181 plus belles plages du monde. Cette année, les responsables du site smartertravel.com ont nommé Aruba l’une des meilleures destinations dans les Caraïbes, car ils voient dans l’île un exemple d’intégration de la culture au tourisme lors du Carubbian Festival hebdomadaire (consultez le calendrier des événements). Par ailleurs, le nouvel événement Style fashion permet à Aruba de conserver sa réputation d’île des Caraïbes la plus avant-gardiste en mode.

La cuisine fusion y trouve en outre naturellement sa place et combine ainsi le meilleur de l’Europe, des Amériques et de l’Asie aux plats caribéens et arubais dans plus de 100 restaurants de mets internationaux. Qui plus est, de l’eau potable et pure est servie directement du robinet.

 

Il est donc très facile de comprendre pourquoi plus de 60 % des visiteurs retournent à Aruba plutôt qu’à tout autre endroit dans les Caraïbes.

Au départ de :

^ Prix total aller simple par invité. Des conditions s'appliquent.

* Les prix par invité sont limités, basés sur une occupation double, et ne représentent pas la tarification ou la disponibilité en temps réel. Des conditions s'appliquent.

Explorez notre monde.

ou trouvez vos vacances de rêve avec notre Chercheur de vacances

Logo: Aruba